TROIS CENT HUIT par Michel Szewc

Publié le par H. LACHAMBRE

C'était huit mois avant Noël et huit mois avant le soir de mon assassinat, le vingt-cinq avril 1914.

J'allai dans une épicerie acheter un cadeau pour l'anniversaire de Maxime, mon fils. Dans cette vaste épicerie, je ne savais pas trop quoi prendre, ni ce qui pouvait lui plaire. Sans avoir rien acheté, je me réfugiai dans le musée des «Vieilles machines à écrire» de Thann pour la regarder encore une fois car mon fils, passionné de cryptologie voulait une copie de l'originale.

La nuit tombée, vers huit heures quinze, je retournai dans le musée qui était fermé, dans le but de voler la machine. Je me disais que ce serait mieux qu'une copie.

Après avoir fracturé la porte, je pus l'atteindre, c'était bien elle... pour lui, pour mon Maxime.

C'était la «Underwood N°3 Standard Typewriter», une machine à écrire unique créée l'année de ma mort...

Vous pourrez lire la suite dans Des Codes et Des Crimes, disponible :
au collège Joseph-Anglade à partir du 1er Septembre 2009
ou
dès maintenant, sur le site
www.thebookedition.com

Publié dans Nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article